Nous rencontrer

Nos locaux sont situés dans le XVIè arrondissement de Paris.
Pour toute demande, vous pouvez nous envoyer un email à info@mediaschool-executive.com ou nous appeler au 01 55 74 03 88.
Si vous souhaitez prendre directement rendez-vous directement avec nous, remplissez les champs ci-dessous.

Les chatbots au-delà du service client

Publié le

Outre le fort intérêt en matière de service consommateur, les chatbots peuvent s’appliquer dans de nombreux autres domaines comme le médical, le social ou encore les ressources humaines.

Alors qu’en 2008, Steve Jobs annonçait qu’il y aurait une application pour tout, Satya Nadella, CEO Microsoft, répondait en 2016 : « bots are the new apps ». La question est donc de savoir s’il y aura un chatbot, robot conversationnel répondant à des questions via une messagerie instantanée, pour tout. Si leur principale utilisation par les marques semble être de l’ordre du marketing et de la relation client, les chatbots ouvrent la porte à de multiples services. « Il faut penser les messageries instantanées comme une plateforme qui héberge des applications invisibles, les chatbots, expliqueThomas Guenouxco-fondateur de OhMyBot, agence de création de chatbots. "À partir de là, nous pouvons imaginer toutes sortes de services comme des jeux, du sport, du bien-être. Tout est possible. » Si Poncho, le robot-météo, donne le temps qu’il fera demain, d’autres chatbots sont susceptibles de nous étonner et de nous faciliter la vie.

Les chatbots : de la vie quotidienne au travail

 Comme le fait remarquer judicieusement Matthieu Varagnat, développeur du chatbot Smooz.io, « la messagerie instantanée est devenue le médium préféré des utilisateurs, tant dans la vie de tous les jours qu’au travail. Dans le cadre de la vie privée, les marques vont sortir du cadre habituel en imaginant la création de nouveaux liens avec l’utilisateur à l’instar de Sephora qui dispense des conseils de beauté. Au sein des entreprises, l’utilisation des bots constitue à la fois un gain de temps et de productivité. »

Ainsi, la plateforme conversationnelle Slack abrite des applications permettant d’avoir les statistiques du nombre de visiteurs sur son site ou encore le taux d’ouverture de sa newsletter au sein d’une conversation sans devoir aller les chercher sur un autre site. « Aujourd’hui, je ne passe plus par Google Analytics, témoigne Matthieu Varagnat, j’ai tout à disposition sur une seule plateforme. » Une autre application permet de comparer les emplois du temps de deux personnes pour trouver des créneaux libres en commun et planifier une réunion. Dernier exemple, Smooz.io permet de partager un canal de conversation entre deux équipes n’appartenant pas à la même entreprise.

Les chatbots au service des ressources humaines

 Le secteur des ressources humaines passe lui aussi par la transformation numérique et a déjà investi les chatbots. La start-up Beeyond propose ainsi d’accompagner les individus dans leur recherche d’emploi grâce à un bot sur Facebook Messenger. Bien que la cible soit en priorité les chercheurs d’emploi, le chatbot pourrait également bénéficier aux services RH des grandes entreprises pour faciliter les premières étapes de candidatures et identifier rapidement les profils spécialisés. Un service que rend déjà FirstJob avec son robot Mya. La start-up affirme d’ailleurs que son chatbot permettrait d’automatiser 75% du processus de recrutement.

A l’intérieur des entreprises, le chatbot Talla sur la plateforme Slack constitue un véritable assistant RH et peut renseigner rapidement les collaborateurs sur les dates de versement des salaires, les jours de congés, les modalités de remboursement de la mutuelle, etc. Il peut également aider les salariés en leur indiquant les tâches sur lesquelles se concentrer ou comment mieux gérer leur planning.

Le chatbot comme assistant de santé

 D’ici à 20 ans, le monde manquera de 13 millions de professionnels de la santé, selon l’OMS. S’il n’existe pas de robot capable de remplacer le médecin pour établir un diagnostic et prescrire un traitement, des entreprises et start-up ont imaginé des chatbots pour récolter des informations à destination des professionnels de la santé et pour conseiller les utilisateurs en fonction de leurs symptômes.

Ainsi, le bot conversationnel Melody, lancé par l’application Baidu Doctor, le « google » chinois, permet de prendre en charge la première étape de consultation d’un médecin en posant des questions simples (où avez-vous mal, depuis combien de temps, etc.). Dans un contexte similaire, la start-up MedWhat entend remplacer avec son chatbot les forums du type doctissimo qui se révèlent finalement davantage comme une source d’angoisse plutôt que d’apaisement. Le robot recoupe les informations données par l’utilisateur avec son dossier médical et les publications scientifiques avant de donner des conseils.

Star Wars : le premier chatbot pour le lancement d’un film

 A l’occasion de la sortie au cinéma de Rogue One : A Star Wars Story, the Walt Disney Company France a proposé une expérience immersive via un chatbot sur Facebook Messenger pour se rapprocher encore plus de ses fans. Intitulé « Rogue One – A Star Wars Story: rejoignez la Rébellion et libérez les rebelles captifs de l’Empire », le chatbot propose une expérience de gaming digital par la conversation. Cette opération marque ainsi la première utilisation d’un bot sur Facebook Messenger pour accompagner le lancement d’un film. L’utilisateur est invité dans un premier temps à passer un test, administré par un bot droïde, pour déterminer ses compétences. Le joueur ainsi identifié se voit confier une mission : libérer les rebelles captifs de l’Empire. Si l’utilisateur se fait capturer, il peut faire appel à ses amis pour le délivrer.


Les chatbots qui font le bien

 Nous aborderons ici une dernière catégorie de chatbot — bien qu’il en existe d’autres — celle des robots utilisés pour « faire le bien ». Charity Water permet de faire des dons pour financer des projets d’accès à l’eau dans 24 pays ; Smokey donne des informations sur la qualité de l’air dans sa ville ; MissingKidsBot aide à retrouver des enfants disparus ; enfin, Do Not Pay, surnommé le premier robot avocat de l’histoire, a déjà aidé plus de 160 000 personnes à contester des contraventions de parking à Londres et à New York City et surtout donne assistance et conseil aux sans-abri.

Partager cet article
Derniers articles
Inscription à notre newsletter

En souscrivant à notre newsletter, vous acceptez que vos données soient collectées par Mediaschool executive education.
Pour vous informer sur le règlement général sur la protection des données de 2018
(RGPD /GPRD), nous vous recommandons de consulter les textes officiels et le site de la CNIL où vous trouverez notamment les textes législatifs officiels relatifs à ce règlement.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.